Accueil » Social » Antananarivo-Ville – Mesures strictes dans les transports en commun
Social

Antananarivo-Ville – Mesures strictes dans les transports en commun

Les  mesures  sanitaires  ne  sont  pas  respectées  pendant  les  heures  de  pointe.

Les mesures sanitaires deviennent obligatoires pour les transports en commun dans la ville d’Antananarivo. Des mesures seront appliquées pour ceux qui transgressent les règles.

Des passagers qui n’ont pas mis de masque ont été éjectés des véhicules de transport en commun à Antananarivo, hier. La direction des Trans­ports et de la mobilité urbaine auprès de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) applique des sanctions envers les personnes qui bafouent les gestes barrières dans les moyens de transport en commun. Des véhicules auraient été, également, mis en fourrière, pour ne pas avoir respecté les mesures sanitaires. « Cela fait une semaine que nous avons commencé à appliquer les sanctions. Ce jour, nous avons effectué un contrôle, après une mise au point avec les transporteurs, la veille », indique le commissaire Vigor Bemanana Rafenoarison, directeur des Transports et e la mobilité urbaine, auprès de la CUA.

La direction des Trans­ports et de la mobilité urbaine rappelle la désinfection des véhicules, toutes les 48 heures. L’utilisation obligatoire de gel désinfectant pour chaque véhicule. Le port de masque et de visière, chez les receveurs, et le port de masque, chez les chauffeurs et les passagers. Le respect du nombre des passagers par banquette: quatre par banquette pour les Sprinters et les véhicules de même catégorie et trois par banquette pour les minibus. Il est difficile de respecter la distanciation physique de un mètre, avec ce nombre de passagers.

Pas de masque

Le virus pourrait continuer à se transmettre, avec quelques centimètres d’écart entre deux voisins de siège. Mais il ne serait pas possible de diminuer à deux par banquette, le nombre de passagers. « Plus il manque de véhicule, plus le contrôle est difficile. Pour l’instant, nous nous focalisons sur le respect des mesures sanitaires énoncées, surtout, pendant les heures de pointe, le matin et la fin d’après-midi », rajoute notre source.

Si pour les lignes urbaines, les transporteurs commencent à respecter, plus ou moins, les mesures sanitaires, les transporteurs des lignes suburbaines continuent à transgresser les règles. Pas plus tard qu’hier en fin d’après-midi, des véhicules de transport en commun de la ligne 133, reliant Analakely et Itaosy ont utilisé des strapontins. Ils ont transporté cinq passagers par banquette. Même chose pour la ligne E, reliant Andravoahangy et Ambohimangakely ou Mahazo et Ambohimalaza.

Les receveurs eux-mêmes ne mettent pas de masque, et ils n’exigent pas aux passagers de couvrir leur nez et leur bouche. Le Premier ministre Christian Ntsay a rappelé, hier, que le retour au confinement, dépendra du comportement de la population. Plus les gestes barrières seront bafoués, plus le nombre des cas augmente, et plus le risque de reconfinement est élevé.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter