A la une Social

Prévention – Le besoin en huiles essentielles croît

L’usage des huiles essentielles à titre préventif contre le coronavirus, expliqué par les professionnels hier

Portées hier à 100 000 euros de valeur exportable, les huiles essentielles fournies aux autorités sous divers récipients seront utilisées pour la prévention du covid-19.

Méthode naturelle et biologique. Les professionnels des huiles essentielles sont intervenus hier, concernant l’usage des huiles essentielles à titre préventif contre le coronavirus. « Il suffit de déverser trois gouttes sur le poignet, de les rincer avec l’autre poignet pour ensuite les sentir au nez, et ce pendant cinq jours de la semaine avec deux jours de pause, puis de recommencer », explique l’un deux.

« Les opérateurs s’efforcent de rendre disponibles et accessibles les huiles essentielles à Madagascar malgré les mesures restrictives rencontrées au niveau de la circulation, comme c’est le cas en province. Les recherches approuvent le renforcement de la défense immunitaire par l’usage de gouttes d’huiles essentielles, et surtout l’inhalation qu’on peut en faire. Les huiles essentielles conditionnées sont utilisables par dosage défini, par exemple le contenu d’un petit flacon en un mois », affirme Nirina Olivier Rakotoson, président du Gehem ou groupement des exportateurs d’huiles essentielles, extraits et oléorésines de Madagascar.

Les opérateurs de la filière ont réussi hier, à rassembler en jerricans, en bidons et en récipients divers, plusieurs litres d’eau florale et d’huiles essentielles d’une valeur portée à 100 000 euros, remis à titre de dons aux services engagés dans la lutte contre le coronavirus, dont le centre de commandement de Mamory Ivato, afin de protéger les agents exposés constamment au risque de propagation de la pandémie.

Ligne d’accès

L’accès du public local aux huiles essentielles est de nouveau généralisé. L’intérêt porté à ces types de produits aromathérapiques qui a augmenté en quarante huit heures dans la grande distribution, a été perceptible hier. Une information publiée par le ministère des Affaires étrangères met en exergue que « pour lutter contre les virus, pensez aux huiles essentielles ». L’information ministérielle rapporte l’engouement pour le ravintsara, hautement recommandé dans des pharmacies françaises.

«Le ravintsara, le rambiazina, le kininimpotsy, le niaouli et le mandravasarotra sont les plantes de Madagascar desquelles sont extraites les huiles essentielles utilisées à titre préventif contre le coronavirus à l’étranger. C’est en prenant conscience des vertus de ces plantes médicinales exportées en brut à l’extérieur du pays, que des opérateurs ont décidé d’investir pour la production locale et le conditionnement sur place des huiles essentielles, d’où la naissance de la filière. Cette valeur stratégique des huiles essentielles a été reconnue par le chef de l’État lors du premier dialogue public-privé de son mandat en décembre », affirme Nirina Olivier Rakotoson.