A la une Sport

Football – Can 2021 : Ramalingom, un avant-centre imprévisible

Ramalingom (27) dispose d’une large panoplie pour éliminer les défenseurs.

Alexandre Ramalingom devait honorer ses premières sélections avec les Barea, le 27 et le 31 mars. En attendant ses débuts, survolons le parcours de cet attaquant aux multiples facettes.

Un cauchemar pour les défenseurs. Du pied droit ou du pied gauche, d’un retourné acrobatique, de la tête, en première intention ou au terme d’un raid solitaire, d’une frappe lointaine ou à bout portant, Alexandre Ramalingom peut marquer de partout.

Et dans n’importe quelle position. Le genre d’attaquant imprévisible, capable mettre au supplice ses vis-à-vis grâce à sa large panoplie. Avec lui, Nicolas Dupuis disposera d’une nouvelle arme pour compléter son arsenal offensif. Le technicien français devra patienter, cependant.

Les troisième et quatrième journées des éliminatoires de la CAN 2021 devaient se jouer le 27 et le 31 mars, mais elles ont été repoussées. Et donc, les débuts de Ramalingom sont repoussés. Mais l’attente en vaut la chandelle, pour voir enfin ce buteur qui a fait ses premiers pas en 2012, avant de passer professionnel en 2015 avec Ajaccio.

Rapidité d’exécution

Par la suite, il enchaîne avec d’autres clubs français, à savoir Marignane et Béziers. Il poursuit sa progression en intégrant le Royal Excelsior Virton, en 2019, où il évolue jusqu’à maintenant. Il semble avoir trouvé plus de stabilité en Belgique.

Ses prestations dévoilent un style de jeu direct. Droit au but, pour emprunter le slogan de l’Olympique de Marseille. Pas le temps de tergiverser ici, ni de temporiser ou d’attendre du soutien. D’où la difficulté pour les défenseurs de le neutraliser.

Ces derniers ont à peine le temps de réagir ou de se replacer, que le joueur de 26 ans se met déjà en position de marquer. Sa rapidité d’exécution fulgurante constitue l’une de ses principales qualités. Imaginez les lourds stoppeurs du continent face à un avant-centre aussi vif et incisif.

Autant Melvin Adrien a séduit la gent féminine auparavant. Autant Ale­xandre risque aussi faire chavirer bon nombre de supportrices. Dès l’annonce de son intégration chez les Barea, les réseaux sociaux avaient littéralement chauffé à blanc, en février. Sur la toile, il est déjà une star avec son sourire charmeur. Reste maintenant à convaincre sur la pelouse.

Et vu la manière dont il déstabilise les charnières centrales depuis ses débuts, on s’attend à ce qu’il fasse parler la poudre dès ses premières apparitions.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter