Sport

Berthin Zoto – « Le coronavirus, un adversaire international »

Berthin Zoto, l’ancien entraîneur des Makis.

Le technicien de renom, Berthin Rafalimanana, a abordé la situation actuelle d’une manière bien particulière. Dans une vidéo adressée à la grande famille du rugby, il a qualifié le coronavirus d’adversaire international. Une façon de parler dans langage plus courant dans le milieu de l’ovale et de toucher plus de monde.

« Un adversaire de taille se trouve en territoire malgache actuellement. Une équipe internationale capable de nous tuer », a ainsi lancé Berthin Zoto. Ce dernier a transposé la stratégie à adopter contre le Covid-19, sur celle d’une formation de rugby. Toujours dans le but de mieux atteindre les cibles de son message et de mieux les convaincre.

« Je sais que vous aimez les contacts et les chocs, que vous êtes attaché au jeu d’avants. Mais face à cet adversaire, ça ne marchera pas. Il faudra pratiquer le jeu de 3/4. Vous comprendrez certainement ce à quoi je fais allusion », a-t-il rajouté.

« Il est ainsi impératif de tenir la distanciation. Quand vous faites les courses ou un footing ou autre, respecter la séparation d’un mètre au minimum », a-t-il poursuivi. Bien évidemment, Berthin Zoto n’a pas oublié d’évoquer les autres consignes sanitaires en cette période de crise, comme l’ont fait d’autres références du milieu sportif auparavant : « Lavez-vous les mains fréquemment. Et restez chez vous, pour vous détendre. C’est la meilleure défense ».

Comme on dit en France, on ne le répètera jamais assez, en espérant que ces directives soient enfin respectées par tout le monde. Tout est question de discipline ici. « Si nous respectons ces consignes et que nous sommes disciplinés, nous viendrons à bout du coronavirus », a-t-il conclu, avant de lâcher sa phrase fétiche, « tsy misy mafy tsy laitran’ny zoto ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter