Accueil » Economie » Energie – Le délestage de moins en moins fréquent
Economie

Energie – Le délestage de moins en moins fréquent

Deux groupes viennent en renfort à Ankazobe et sont en essai technique. Le délestage disparaîtra cette semaine

La Jirama annonce le bout du tunnel avec l’importation de soixante- cinq groupes électrogènes. Il ne reste plus que quelques centres critiques vivant encore avec le délestage.

Réduit. Le délestage a nettement baissé dans seize centres critiques. Sur les quarante-trois localités où le délestage ou le black-out ont sévèrement sévi, on n’en compte plus qu’une vingtaine. La société d’eau et d’électricité fait savoir qu’avec l’appui de quelques partenaires, des groupes électrogènes permettant la production d’électricité au niveau des centrales thermiques ont été commandés depuis 2018 et sont disponibles dans le pays depuis la fin de l’année.
« Soixante-cinq groupes électrogènes ont été commandés par la Jirama et trente-cinq sont déjà arrivés ou en cours d’acheminement vers les centres critiques. Quelques-uns sont en dédouanement et trente autres sont attendus cette année», fait-elle savoir. Pourtant, ni la forme du partenariat engagé par la Jirama, ni l’origine exacte des groupes électrogènes, et encore moins le coût, n’ont été communiqués mais restent encore dans le secret des dieux.
Antalaha a été prévu en finir avec les délestages tournants depuis hier dimanche, avec l’arrivée de trois groupes électrogènes. « Mis en place depuis la semaine dernière, les groupes suivent des essais techniques et des rodages lesquels obligent encore les techniciens à ne pas faire tourner les groupes 24h sur 24. La pleine production d’électricité est attendue cette semaine », précise la Jirama sur le cas de ce district. Sambava n’attend plus que quelques 20% de la production restante car le groupe existant a été réparé et un nouvel autre est venu en renfort. Andapa attend le passage d’un bateau à plate-forme et à grue pour assurer l’acheminement.

Sécurisation
Les districts comme Farafangana, Maevatanana, Port-Bergé, Vatomandry, Ambovombe sont en cours d’en finir avec les délestages. Ambatondrazaka devra attendre encore quinze jours car le groupe spécifique est en cours de dédouanement, un autre sous contrat de location avec un privé assure pour l’heure la production d’électricité. Un nouveau groupe pour Besalampy est en route avec le bateau de la société Aqualma. Ankazobe a encore subi deux jours de black- out mardi et mercredi derniers. « Deux générateurs sont arrivés renforcer la centrale thermique d’Ankazobe. Ils sont de l’ordre de 290KW et de 70KW de puissance installée. C’est plus que le besoin en période de pointe qui est de 185KW. Les anciens groupes ne produisaient que 70KW », a expliqué le chef secteur d’Ankazobe, Richard Rakotoarisoa. Toujours est-il que l’entretien et la sécurisation des ces groupes et de ces centrales, points essentiels pour la production d’électricité, sont à revoir. « Il faut tenir compte des heures de marche, 4000h, 8000h et 12 000h. Les entretiens journaliers, les pièces et les détails techniques sont, entre autres, à prendre en considération», explique le chef secteur.
La sécurisation de la centrale d’Ankazobe est quelque peu négligée, sans clôture ni grillage. De même que celles d’Ambanja, Miandrivazo et Morondava, situées en plein centre ville mais peu protégées. Ce qui facilite les mauvaises intentions de vols de fuel et autres.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Président ANR à promis de régler cela au peuple Malagasy et il le fait ! Celui-ci était trop fréquent lors du Gouv de Hery Rajaonarimampianina ! Le gouvernement Andry Rajoelina ne cesse de suspendre le peuple Malgache et celui-ci mérite un remerciement ! Ce délestage on l’a subit depuis le Gouv de Marc Ravalo! Et ou espérons non sur que maintenant sa va être un mauvais rêve des Malagasy !