Chronique Santé

Santé publique – On l’appelait Docteur Betterave…

Manto Tshabalala-Msimang, la ministre de la Santé sud-africaine, sous la présidence de Thabo Mbeki,  a été surnommée Docteur Betterave.

L’Afrique est un continent où le recours à des médications empiriques, ou traditionnelles, a encore de beaux jours devant lui. La raison n’est pas seulement économique, mais surtout culturelle. À preuve, ce ne sont pas seulement les petites gens qui, à Madagascar, sont des adeptes convaincus du « fitsaboana malagasy » surtout dans des cas où la médecine moderne laisse paraître certaines limites.

Ce qui s’est passé en Afrique du Sud, du temps du président Thabo Mbeki, en est la parfaite illustration, puisque c’est la ministre de la Santé elle-même qui a décidé de ramer à contre-courant de ce qu’on attend généralement d’une personnalité gouvernementale de son rang. Le Sida se trouvait au centre de la très forte polémique née de la prise de position inattendue de Madame la ministre, et ce dans un pays où la prévalence atteignait le taux astronomique de 20%. Pour le combattre, la ministre préconisait, le plus sérieusement du monde, un régime alimentaire à base de cette racine rouge et sucrée qu’est la betterave. Il n’en fallut pas plus à l’association Treatment Action Campaign pour réclamer sa tête, et à la rumeur publique de lui trouver le surnom de… Docteur Betterave. Mais elle avait aussi ses défenseurs, à commencer par l’association des guérisseurs traditionnels, très puissante dans la nation arc-en-ciel. Ils profitèrent même de cette providentielle occasion pour ajouter aux vertus de la betterave celles de l’ail, de l’oignon frais, et de l’huile d’olive. Quant aux autorités politiques, ni l’ANC ni le président lui-même ne voulurent se mouiller en prenant parti pour l’un ou l’autre camp. Choisir de ne pas choisir, en quelque sorte.

Le temps a passé, le bio a pris de l’envergure, et on s’accorde aujourd’hui sur les innombrables qualités de la… betterave. On sait, par exemple, qu’elle a des effets bénéfiques sur le cœur en combattant le mauvais cholestérol et les triglycérides. Elle réduit, de ce fait, aussi bien les risques de maladies cardiovasculaires que ceux d’accidents vasculo-cérébraux. La betterave renforce le système immunitaire avec sa forte teneur en vitamine C, et améliore l’activité des globules blancs.

La betterave prévient certains types de cancer, pour ne citer que ceux du colon, de la peau, ou du poumon. Elle contient un pigment appelé bétacyanine très actif dans la neutralisation de la croissance des cellules cancéreuses. L’énumération de ses bienfaits est loin d’être close. Citons, entre autres, son action sur la vue grâce au beta-carotène développé par une consommation régulière, ou son apport en énergie grâce à l’hydrate de carbone qu’elle contient, et qui fournit au corps des calories saines.

Le Docteur Betterave, tournée en dérision, était peut-être en avance sur son temps…

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter